Les constats de fraudes et/ou corruptions se multiplient par les temps qui courent. Tous sont passés à la loupe. L’entourage du maire de Montréal, les conseillers en services financiers, les magna de la construction, l’assemblé nationale… Bref, à qui peut-on vraiment faire confiance?

Corruption, poigné de main

En fait la véritable question que je me pose personnellement est celle-ci: Les gens sont-ils suffisamment aveugle pour ne pas se rendre compte que ce qui leur éclate présentement à la figure est loin d’être nouveau? La corruption et/ou fraude existe depuis que le monde est monde! Pensez-vous vraiment que les scandales qui éclatent un peu partout n’existaient pas il y a 1 an, 10 ans, ou même 50 ans.

Je vous invite à étudier la politique avec un élément bien précis à l’esprit. Ne vous concentrez que sur celui-ci: Les connaissances et les fréquentations.Vous serez aberré des relations qui entremêlent tous ces braves représentant de la population. Commencez par le municipal et si vous avez le courage, poursuivez un peu plus haut…

On a souvent dit que Québec est un village. C’est vrai! Du moins, ce n’est pas faux à tous les niveaux. Qui ne connait pas quelqu’un qui ne connait pas quelqu’un qui … vous voyez ce que je veux dire? Et bien c’est pareil en politique, mais multiplié par 10!!!

Maintenant mélangé le tout avec des commandites et des appels d’offres et demandez-vous comment tous demeurent impartiale lorsqu’il vient le temps de choisir une entreprise pour un contrat? (ou tout autre chose) Tout à fait impossible selon moi! Certain système d’enveloppe existe mais pour une raison que nous ignorons tous, ils sont très peu populaire…Bizarre non?

Bref, mon point de vue étant maintenant plutôt bien défini sur la question, je vous invite à consulter ces quelques articles parus aujourd’hui sur Argent et traitant de l’épineuse question. Vous serez ensuite libre de juger si votre argent sert la corruption.

————–

Mathieu Turbide

Le Journal de Montréal

Excédés par les parfums de scandales, les factures gonflées, les collusions, les liens entre politiciens, syndicats et entrepreneurs en construction, les Québécois veulent une commission d’enquête publique pour y voir plus clair, révèle un sondage exclusif Léger Marketing-Le Journal de Montréal-TVA.

Pas moins de 76 % des Québécois souhaitent que le gouvernement du Québec mette sur pied une commission d’enquête publique sur la série d’allégations de corruption et de collusions qui font les manchettes depuis plusieurs mois.

« C’est massif, soutient Christian Bourque, de Léger Marketing. Un appui de cet ordre-là est sans équivoque. Ça équivaut à un consensus dans la population », dit-il.

Et si les Québécois sont si unanimes à réclamer une commission d’enquête, c’est parce qu’ils sont convaincus que la corruption est érigée en système, souligne Mathieu Gagné, aussi analyste chez Léger Marketing.

« Tout ça est lié, fait-il remarquer. Si ce n’étaient que des cas isolés, pourquoi déranger l’agenda gouvernemental pour une commission d’enquête. Les gens voient qu’il y a un problème structuré, généralisé et veulent que quelque chose soit fait. »

Construction et corruption

Selon M. Gagné, les problèmes de corruption et de collusion sont de plus en plus étalés sur la place publique au cours des dernières semaines, en raison de la campagne électorale en cours.

Mais au-delà des municipalités, c’est toute l’industrie de la construction qui suscite des questionnements.

« La construction, les entrepreneurs, les syndicats, les élus, tout ça contribue au même phénomène. Les gens sentent qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, un problème qui demande une attention immédiate », ajoute l’analyste.

Sceptiques, tout de même

Mais, même s’ils demandent une enquête, les Québécois restent sceptiques.

« Les gens doutent de la capacité, je dirais même dans une certaine mesure de la volonté du gouvernement à régler le problème », note M. Gagné.

Fait à noter, aux yeux des Québécois, les politiciens municipaux ne sont pas pires que leurs collègues des paliers provincial et fédéral. Tous les politiciens souffrent d’un déficit de confiance de leurs électeurs. Si seulement 36 % des Québécois disent faire confiance aux politiciens municipaux, c’est encore pire pour les élus provinciaux (26 %) et fédéraux (25 %).

* * *TOUS POUR UNE ENQUÊTE

Souhaitez-vous ou non que le gouvernement du Québec tienne une commission d’enquête publique sur ces allégations de corruption, truquage d’appel d’offres ou financement illicite touchant au monde municipal ?

76 % OUI

17 % NON

* * * LA CORRUPTION PARTOUT

Les cas allégués de corruption, de truquage d’appel d’offres et de financement illicite à Montréal ou dans d’autres villes sont-ils à votre avis des cas isolés ou êtes-vous plutôt d’avis que cette situation est généralisée dans le monde municipal ?

La situation est généralisée 73 %

Ce sont des cas isolés 18 %

* * * CRISE DE CONFIANCE

Avez-vous confiance ou non en la capacité du gouvernement du Québec de régler les problèmes d’éthique dans le monde municipal ?

NON 65%

OUI 24%

* À l’aide d’une méthode d’échantillonnage sophistiquée répliquant les conditions d’un échantillon aléatoire simple probabiliste, la présente étude a été réalisée par Internet le 20 octobre 2009, auprès de 505 personnes représentatives, âgées de 18 ans et plus, et habitant au Québec. Dans les mêmes conditions, un échantillon probabiliste de cette taille présenterait une marge d’erreur statistique de +/-4 %, 19 fois sur 20.

————–
Argent, La Presse Canadienne

Québec va créer une escouade spécialisée pour enquêter sur le milieu de la construction.

C’est ce qu’a appris en primeur le journaliste Claude Poirier de TVA.

Cette escouade, dont la formation sera annoncée aujourd’hui, fonctionnera selon le même principe que l’escouade Carcajou, créée pour lutter contre les motards dans les années 1990.

L’annonce serait faite à Montréal par le ministre de la Justice, Jacques Dupuis.

Cette escouade aurait beaucoup de moyens. Le ministère du Revenu sera mis à contribution et le ministère du Travail responsable de la Commission de la construction du Québec verrait ses moyens augmenter.

Mercredi, en soirée, les ministres de la Sécurité publique, Jacques P. Dupuis, du Travail, Sam Hamad, du Revenu, Robert Dutil, le Directeur général de la Sûreté du Québec, Richard Deschenes et le Directeur des poursuites criminelles et pénales, Louis Dionne, ont convoqué les médias à une annonce «sur les nouvelles mesures mises en place par le gouvernement du Québec concernant l’industrie de la construction».

Selon TVA, l’escouade, qui couvrira l’ensemble du territoire québécois, associera des procureurs de la Couronne à un groupe d’enquêteurs choisi afin de créer une force de frappe dans le secteur de la construction.

Il s’agirait de la réplique du gouvernement du Québec qui était accusé par les partis d’opposition de ne rien faire dans le dossier.

Le réseau de télévision soutient que les policiers auraient accumulé beaucoup de preuves contre certaines personnes.

Le gouvernement Charest mise sur le succès passé de l’escouade Carcajou pour tenter de faire le ménage dans l’industrie de la construction.

Québec a toujours refusé, jusqu’à maintenant, de mettre en place une enquête publique afin de ne pas nuire aux enquêtes policières en cours. TVA a aussi aussi appris qu’il y a une dizaine de jours, Jacques Dupuis a demandé à la Sûreté du Québec un état de situation sur les problèmes dans le domaine de la construction.

————–

Pierre Duhamel
Chroniqueur, Argent
On ne réglera pas les cas de fraude financière et les copinages indus entre l’industrie de la construction et le monde municipal avec de nouvelles lois ou des amendements aux lois actuelles.

Il ne nous faut pas plus d’avocats pour faire le ménage, mais plus de policiers pour mener les enquêtes qui vont épingler les criminels.

Il ne faut pas seulement des nouvelles lois, mais des gens pour les faire appliquer. Voilà le vrai problème.

Industrie de la construction, Norbourg, Earl Jones, Cinar, scandale des commandites… ces affaires ont toutes un point en commun : les forces policières prennent un temps fou à bâtir une preuve suffisante pour incriminer ceux qui fraudent.

Ils prennent un temps fou parce que leur travail est complexe, mais aussi parce qu’il n’y a pas assez d’enquêteurs spécialisés et de juricomptables.

Publié par Hugo Neveu dans Actualité

  1. Une réponse à “Votre argent sert-il la corruption?”

  2. Bravo à toutes ces têtes bien pensantes de notre système politique !!!

    Tout le monde a déjà été au fait d’un cas semblable mais à une échelle probablement plus petite. On se dit tout le temps que ça n’est pas si grave parce que ça profite au beau-frère !

    Je crois sincèrement que ça ressemble à notre niveau de tolérance face au travail au noir. Je ne connais personne qui n’en connait pas une autre qui travaille au noir ! On se tire dans le pied en tolérant ces actes, nous allons bientôt passer à la caisse … le Gouvernement (peu importe le niveau) va manquer d’argent pour soutenir la croissance (lire nous éviter de plonger plus creux) et vers qui se tournera-t-il ? Ceux qui paient leurs impôts et après qui, ils peuvent courir sans avoir peur de rencontrer une batterie d’avocats verreux sur leur passage et passer des années en cours pour finir par se faire inonder dans une marre de mensonges et de supercheries !

    Évidemment, tout ce qui traîne se salit donc il est possible avec du temps de corrompre les gens (même les meilleurs). Une expression dit que « Toute chose a son prix » !

    Personnellement, je me demande si ceux qui se retrouve en « front page » des journaux ces temps-ci trouvent que pour $ 200 000, ça vaut la peine de perdre toute leur crédibilité et probablement devoir se pousser ailleur pour continuer à vivre ! Il viennent de dénoncer une machine mafieuse et puissante !

    Bonne chance aux enquêteurs, ils en ont sûrement pour les dix prochaines années à fouiller pour trouver des papiers ou des traces qui sont sûrement déjà dans le déchiquetteur !

    Triste portrait pour mes enfants … j’aimerais leur construire un monde où il fera bon vivre et où la mafia ne controllera pas tout mais si on recule dans le temps, ça fait longtemps que c’est comme ça mais les médias exposent plus le phénomène aujourd’hui !!!

    Je nous souhaite qu’un coup de balai ait un effet dissuasif pour quelque temps !

    Par Gino le Oct 23, 2009

Émettre un commentaire

  • Abonnement à l’infolettre