Alors que l’aide humanitaire fuse de toute part et que la planète fait preuve d’une générosité sans précédant envers les haïtiens, certains Québécois, pour éviter de les nommer tentent d’en retirer un avantage monétaire. Lorsque cette nouvelle est sortie à la radio, j’ai trouvé le tout plutôt ordinaire. Ma réflexion fût relativement brève: Qui est donc l’imbécile qui demande à être payé pour faire du bénévolat?

Médecin à HaitiAprès coût j’ai compris que l’individu se servait d’un comparatif plutôt douteux avec des gens qui y sont pour leur travail et non pour faire du bénévolat. Je garderai donc ma 2e réflexion pour moi même…

Tous ne sont toutefois pas chicken comme moi. Le Dr Patrice Montminy y est allé d’une sortie publique fort intéressante par rapport à cette situation. Sans dire que j’endosse la totalité des ses propos, (uniquement afin de me protéger d’une poursuite…) je trouve qu’il faut beaucoup de courage pour aller à contre courant et que le Dr Montminy devrait servir d’exemple à bien d’autres qui suivent sans être d’accord. Lire ici, dans tous les métiers, à tous les niveaux. Voici l’article parût dans le Soleil/Cyberpresse par Valérie Gaudreau. Photo: Stigmat Photo.

La demande de rémunération de la part de certains orthopédistes partis aider bénévolement en Haïti en a choqué plus d’un. Et un orthopédiste de Québec n’hésite pas à crier haut et fort son indignation.

«La vapeur m’est sortie par les oreilles en voyant ça. C’est choquant, non raisonnable, et je prends pas que cette demande soit faite au nom des orthopédistes», lance le Dr Patrice Montminy, chirurgien orthopédiste au Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ). «Quand c’est du bénévolat, c’est du bénévolat et je ne suis pas le seul orthopédiste de la province à le penser», tranche-t-il.

Irrité, le Dr Montminy a envoyé une lettre ouverte au Soleil dans laquelle il dénonce une missive adressée au ministre de la Santé Yves Bolduc et signée par le président de l’Association d’orthopédie du Québec, le Dr Jacques Desnoyers. Le Dr Desnoyers, présentement en Haïti, y propose que la demi-douzaine d’orthopédistes partis de leur plein gré à la suite du séisme reçoivent le tarif de base qu’ils touchent dans un hôpital québécois, soit de 700 à 800 $ par jour.

Au-delà de la demande comme telle, le fait qu’elle émane du président de son association choque d’autant plus le Dr Montminy.

«Si le Dr Desnoyers veut le faire, qu’il enlève le chapeau de président qui laisse entendre que tous les orthopédistes veulent ça. Je n’accepte pas qu’il parle en mon nom», dit celui qui a fait part de son mécontentement à l’association qui le représente.

«Ce médecin est un traumatologue qui gagne peut-être 430 000 $ par an, poursuit le Dr Montminy. Nous sommes parmi les mieux payés de la société. On ne me dira pas qu’un orthopédiste ne peut pas prendre deux semaines de bénévolat pour aller aider.»

Départ volontaire

Quant à l’argument voulant que les médecins méritent d’être payés comme des pompiers ou des soldats, il trouve là encore peu de considération aux yeux du Dr Montminy. «Ces gens-là sont envoyés par leur employeur. Les orthopédistes, personne ne leur a donné l’ordre d’aller là-bas.»

Il souhaite maintenant que le ministre de la Santé Yves Bolduc ne cède pas à cette demande de son président.

Le Dr Montminy n’est pas le seul à avoir réagi depuis que La Presse a fait état de la demande du Dr Desnoyers dans son édition de mercredi. Le président du Collège des médecins, le Dr Yves Lamontagne, a avoué son malaise de voir des spécialistes demander de l’argent une fois rendus sur place.

Le ministre de la Santé Yves Bolduc a pour sa part réaffirmé hier étudier la demande des orthopédistes présentement à Haïti. Il demeure toutefois prudent, conscient du précédent que pourrait créer un «oui» à la rémunération de ceux qui sont pour l’instant toujours considérés comme bénévoles.

La lettre du Dr Patrice Montminy

Demande irrecevable

Je veux m’opposer publiquement à la demande qui a été faite par le président de mon association, le Dr Jacques Desnoyers, de payer les médecins bénévoles qui ont décidé d’aller oeuvrer à Haïti. Ces individus ont fait un choix volontaire, sans que rien ne leur soit demandé, ce que je respecte, et ils savaient très bien qu’il était question de bénévolat. De plus, nous parlons de spécialistes qui gagnent aisément plus de 350 000 $ par année au Québec. Cette demande est irréfléchie et non respectueuse des citoyens québécois.

Patrice Montminy, MD FRSC chirurgien orthopédiste

Centre hospitalier universitaire de Québec

PS: J’ai cru bon vous mettre au parfum de ce dossier car l’administration des fonds publiques regarde tous et chacun. Il est donc agréable de voir que certain sont conscient de la qualité de leur sort. Bien qu’ils aient bûchés très fort pour y arriver et qu’il la mérite très bien. Bravo à vous Dr!

Publié par Hugo Neveu dans Actualité, Divers

Émettre un commentaire

  • Abonnement à l’infolettre